PHASE 1 - LE GROS OEUVRE

La coordination de l’exécution des différentes étapes de la construction est ce qu’on appelle le suivi de chantier. C’est le conducteur de travaux qui assure ce suivi.

Le conducteur de travaux est un technicien à la fois généraliste et très pointu dans son domaine de compétences. Il a généralement suivi un cursus universitaire plus ou moins long dans le domaine du génie civil et se forme en permanence aux différentes avancées techniques et technologiques dans le secteur de la construction.

Ses attributions sont les suivantes :

La segmentation de la construction en tâches à effectuer

La mise en place du planning de réalisation de ces tâches

La commande des matériaux aux différents fournisseurs

Le contrôle du respect du cahier des charges et des normes en vigueur

Les compte-rendu réguliers au maître d’ouvrage comprenant aussi souvent que nécessaire des réunions sur le chantier avec lui et les artisans.

Deux phases sont à distinguer dans le suivi de chantier : le suivi de la réalisation du chantier de gros œuvre et le suivi de réalisation du chantier de second œuvre.

La première étape de la construction : La réalisation du chantier de gros œuvre

 

Le chantier de gros œuvre consiste dans la réalisation de toutes les étapes qui permettent à la maison d’être hors d’eau et hors d’air.

Le suivi de chantier de gros œuvre est extrêmement important, car de sa qualité dépendent la solidité de l’ouvrage (fondations, structure du bâtiment) ainsi que l’obtention du certificat de conformité attestant du respect du permis de construire (implantation de la maison, altimétrie des dalles, hauteur des façades, pente de toit…). Implantation de la construction, élévation des murs et de la charpente, pose de la couverture, pose des menuiseries, ravalement et raccordement aux réseaux, c’est le conducteur de travaux qui coordonne la réalisation du chantier de gros œuvre et s’assure du respect des normes techniques en vigueur.

De l’implantation de la maison au coulage des fondations

C’est le plan de masse qui permet de déterminer précisément le positionnement de la maison. Les engins de chantier (pelleteuses) servent ensuite à creuser les fouilles. L’entreprise de maçonnerie positionne alors les armatures des fondations sur lesquelles sera coulé le béton des fondations.

De l’élévation des murs à la mise en place de la charpente

Les maçons élèvent les murs, positionnent les ouvertures (portes, fenêtres, baies vitrées), mettent en place les coffrages et les étaiements qui seront nécessaires au positionnement des linteaux ou des coffres de volets roulants préfabriqués.

De la mise en place de la charpente à la pose de la couverture

Pour les maisons de plain-pied dont la toiture offre une faible pente, une charpente industrielle sera privilégiée à une charpente traditionnelle, utilisée de préférence pour les maisons à étages ou la réalisation de combles aménageables.

L le couvreur pose toujours en premier les liteaux de bois dont l’écartement variera en fonction de la taille des tuiles ou des ardoises choisies. Enfin les différents conduits (de hotte, de cheminée ou de poêle) seront intégrés à la toiture

De la pose des menuiseries à l’application de l’enduit de finition

Les seuils et les appuis de fenêtre sont réalisés ou posés (lorsqu’il s’agit d’appuis préfabriqués ou en pierre naturelle). Toutes les portes (d’entrée, de service, et de garage) et toutes les fenêtres sont posées. Quand toutes les menuiseries sont mises en place, la maison est alors hors d’eau et hors d’air. C’est aussi à ce moment-là qu’il est impératif de l’assurer (même si vous n’y habitez pas).

Les raccordements de la construction aux réseaux (VRD)

La dernière étape du chantier de gros œuvre est le raccordement aux différents réseaux : électricité, gaz, eau potable, eaux pluviales et eaux usées. Ces démarches sont à effectuer auprès des différents concessionnaires (EDF, GDF, mairie…..) directement par le futur abonné, mais MOOD assure auprès de vous un rôle de conseil et d’assistance.

PHASE 2 - LE SECOND OEUVRE

La seconde étape de la construction : la réalisation du chantier de second œuvre

A partir du moment où la maison est hors d’eau et hors d’air, le chantier de second œuvre peut commencer. Ce sont alors les plombiers, les électriciens, les plaquistes, les plâtriers, les chauffagistes, les menuisiers et les carreleurs qui interviennent

Le montage des cloisons des pièces et l’isolation phonique et hydrofuge

Dans le cas d’une séparation des pièces (distribution) réalisée en plaques de plâtres, c’est grâce à des rails métalliques fixés au sol et au plafond qu’il sera possible de fixer les plaques de plâtres entre lesquelles un isolant sera placé afin d’assurer l’isolation phonique des différentes pièces (chambre, cuisine, salle de bains) de la maison.

Concernant les cloisons des salles de bain il est nécessaire d’utiliser des plaques de plâtre hydrofuge, qui permettront aux cloisons de supporter sans dommages l’humidité de la pièce. La distribution peut également être effectuée en briques qui seront enduites de plâtre par la suite.

Les murs donnant sur l’extérieur (murs périphériques) sont isolés avec des matériaux adaptés présentant un R+2 conformes aux objectifs déterminés lors de l’étude thermique.

L’intervention des entreprises d’électricité et de plomberie

La mise en place de votre tableau électrique et de votre installation électrique seront conformes au plan électrique de votre maison, lequel est établi peu après le démarrage des travaux. Dans le même temps, les évacuations sont raccordées aux équipements sanitaires (baignoires, lavabos, douches, WC…), la VMC est installée généralement dans les combles et aspire l’air vicié dans les salles de bains, WC et cuisine.

Dans les maisons BBC les boitiers électriques (interrupteurs, points lumineux…) sont étanches à l’air afin d’éviter toute infiltration d’air depuis l’extérieur par les gaines électriques.

La mise en place du système de chauffage la pose des revêtements du sol et les finitions

Votre système de chauffage (aérothermie, géothermie, chauffage par le sol électrique ou par circulation de fluides, poêle à bois, chaudière à granulé, chaudière au gaz ou encore chaudière à micro cogénération..) a été envisagé et défini dès la mise en place de votre projet de construction. Mais sa mise en place relève d’une des dernières étapes de la construction, tout comme la pose des revêtements du sol.

Si vous avez opté pour un chauffage au sol par la circulation d’eau chaude, il sera nécessaire d’enrober les tubes du plancher chauffant avec une chape liquide d’anhydrite qui rendra nécessaire un séchage supplémentaire de 5 à 6 semaines avant que les revêtements de finition (carrelage, parquet) ne soient posés.

Si votre maison dispose d’un étage ou plus, c’est également lors de cette ultime étape que les escaliers seront posés et que la peinture ou le revêtement des murs seront réalisés.

 

Durant toutes ces étapes et jusqu’au Procès Verbal de réception des travaux vous serez assistés par les équipes techniques de MOOD et par le conducteur de travaux dédié à votre chantier de construction dont la responsabilité est de veiller à la bonne exécution des travaux dans les délais convenus et d’assurer une parfaite coordination entre les différents corps d’état.

PHASE 3 - LA RECEPTION

Qu’est-ce que la réception de travaux ?

La réception de travaux est l’acte par lequel le client déclare accepter l’ouvrage sans réserves.

Quelle est l’importance de la réception de travaux ?

La réception de travaux est un acte obligatoire et essentiel pour tous les travaux relevant de l’assurance décennale.

Elle marque le point de départ de la mise en œuvre :

des garanties légales : garantie de parfait achèvement (1 an), garantie de bon fonctionnement (2 ans) et de la responsabilité civile décennale, dues par les constructeurs.

des couvertures d’assurances correspondantes

ATTENTION : L’absence de réception de travaux implique l’absence d’assurance.

Quand doit-elle intervenir ?

Après l’achèvement de l’ouvrage. Elle est toujours définitive mais peut se faire par tranches ou lots.

Qui prend l’initiative de la réception ?

Le professionnel ou le client.

En présence de qui doit-elle être prononcée ?

Elle est obligatoirement prononcée en présence du professionnel et du client.

Quelles sont les différentes formes de la réception ?

1 – La réception expresse.

Elle est constatée par un procès-verbal (PV) daté et signé par le client, visé par l’entrepreneur. Elle est toujours amiable.

Contenu du PV de réception :

La réception expresse peut être faite avec ou sans réserves. Elle exonère le constructeur de toute responsabilité, pour les désordres apparents

La réception avec réserves : les réserves doivent absolument être mentionnées dans le PV de réception. Elles portent sur les désordres, défauts de conformité ou malfaçons constatés par le client lors de la réception. Ces défauts doivent être corrigés par le professionnel à une date déterminée avec le client.

2 – La réception tacite

Elle n’est pas prévue par les textes mais est acceptée par les tribunaux sous certaines conditions :

Prise de possession de l’ouvrage

Absence de réclamation pendant un certain temps

Règlement intégral du constructeur

3 – La réception judiciaire.

A défaut d’accord amiable entre le professionnel et le client, la réception doit être judiciaire. La demande en justice peut être faite :

par le client à la suite - ou dans le cadre - d’une expertise

par l’entrepreneur, en cas de refus injustifié du client de prononcer la réception.

En revanche, l’immeuble doit être en état d’être reçu, c’est-à-dire effectivement habitable. Les juges ne peuvent se prononcer sans avoir vérifié cet élément.

 

Ils déterminent eux-mêmes la date de la réception : jour du jugement ou date antérieure.